RTE et les problématiques d’une énergie uberisée


Le 13 mars 2017 | Par JRGoodtime dans Energie | Pas de commentaire


rte-energie-electricite

Cela faisait un moment que l’on ne vous avait pas parlé d’énergie ou de greentech . Il est vrai que sur la plupart des médias traitant de technologie ou d’innovation, nous nous cantonnons aux annonces de startups créant de nouvelles batteries ou des nouveaux système de panneaux ou de routes solaires. Même les plus grands médias n’abordent tout ce qui est décisions autour de l’écologie ou des la maitrise de l’énergie que lorsque nos politiques font quelques annonces ou promesses pour dans quelques décennies (je vous invite à lire les programmes pour les présidentielles 2017).

Mais s’il y a bien UNE entreprise en France qui peut avoir du poids quand on parle de maitrise énergétique c’est EDF (n’allons pas chercher ailleurs puisque EDF est le premier producteur et fournisseur d’électricité en France et dans le monde !) et aujourd’hui on a été interpellé par les annonces faites par sa filiale RTE (qui distribue l’électricité).

J’ai été invité à un évènement assez insolite auquel je n’aurai pas pensé trouver de “l’innovation” au sens où le grand public l’entend. C’est pourtant ce 7  mars que RTE a organisé son « Voyage au cœur du réseau de demain »…

Demain tout le monde voudra produire son énergie verte, aujourd’hui on n’a pas la capacité de le transporter !

Pour vous parler de la révolution énergétique qui s’engage et dans laquelle beaucoup de pays européens participent, il faut se remettre en contexte.

  • Qui est RTE ?

Ça ne vous fera pas de mal d’en savoir un peu plus sur l’entreprise qui achemine votre électricité mais surtout cela me permettra de mettre un contexte sur les évolutions qui s’annoncent.

RTE transporte l’électricité à haute et très haute tension (de 63 000 à 400 000 Volts) et veille au maintien de l’équilibre entre production et consommation en temps réel 24 h/24 pour garantir la sécurité d’alimentation électrique partout en France. Ce qui signifie que RTE est vitale car doit pouvoir évaluer la quantifié d’énergie à transporter : Si elle prévoit trop d’énergie par rapport aux besoins, on a de la perte (et donc par très écolo). Si elle n’évalue pas assez bien les besoins en énergie, il arrive ce qui arrive régulièrement dans certaines régions et oblige les particuliers à participer à l’effort (baisser les radiateurs, décaler le lancement de lave-linges…).

Ceci étant dit, vous comprendrez aisément les futurs problèmes qui vont se poser si demain tout le monde s’amuse à auto-produire son énergie : RTE sera incapable d’évaluer les besoins car il n’y aura plus de capteurs centralisés. Du coup, le plan de révolution énergétique de RTE se base sur trois objectifs principaux :

1. Rendre le réseau  plus facilement adaptable aux changements dans un secteur en pleine mutation

Comme on l’expliquait l’autoproduction d’énergie verte est une tendance mondiale. Elle se développe, notamment grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des usines ou des bureaux, ou encore, sur les toits des parkings extérieurs couverts. Les circuits courts (consommation locale de production locale) se développent également à grande vitesse notamment par des décisions politiques locales .

Ensuite, et vous vous en doutez, les véhicules électriques (100 000 en circulation en 2016) vont créer une véritable révolution industrielle obligeant entreprises du privé ainsi que l’état à investir massivement dans des centre de rechargements et de production capables de communiquer entre eux.

RTE doit donc trouver des solutions souples pour articuler au mieux les nouveaux modes de production et de consommation locaux et la solidarité électrique assurée par le réseau de transport d’électricité.

2. Permettre au réseau existant d’intégrer toujours plus d’électricité issue de sources de production renouvelables

En France, la production d’énergie renouvelable (ENR) a augmenté de 7,4 % en 2016. Les ENR représentent aujourd’hui 35 % des capacités de production installées.

Mais saviez-vous que les volumes d’électricité produits par des sources renouvelables dépendent des conditions météo ?
lls peuvent en effet fortement varier tout au long de l’année, et parfois brutalement d’un instant à l’autre (comme lors d’une tempête de neige par exemple)
Le réseau de transport d’électricité doit donc être suffisamment agile pour être capable de faire de la place à la production renouvelable lorsque le soleil ou le vent  sont là, mais également  pouvoir aller chercher ailleurs l’électricité lorsque la production renouvelable cesse.

3. Utiliser les lignes existantes à l’optimum de leur potentiel pour faire passer plus d’électricité sur les infrastructures existantes plutôt que d’avoir à construire de nouvelles lignes à haute et très haute tension

Aujourd’hui, la consommation d’électricité en France est stable, et tendra à baisser légèrement d’ici 2021 (-1,5 %), ce qui se traduit par une diminution de la quantité d’électricité transportée par le réseau. Du coup, il devient totalement inutile et couteux d’investir dans des grandes infrastructures pour répondre à des pics de demandes temporaires… il faut trouver d’autres solutions !

Bon là c’est bien beau, on vous parle de tous les problèmes mais du coup quid des solutions ?

Que va faire RTE pour anticiper les besoins de demain ?

Article réalisé en partenariat avec RTE


Tags: ,



Commentaires/Trackbacks/Pingbacks
Laisser un commentaire


RSS

Twitter JRGoodtime Twitter nincoroby
ToBeChanged est un blog collaboratif dédié aux nouvelles technologies, écrit à plusieurs mains par des passionnés. Nous essayons de vous faire découvrir nouveautés et réflexion, en dénichant pour vous des infos que vous ne trouverez pas sur les autres blogs de nouvelles technologies.

Partenaires


Archives